Chroniques citoyennes

Une tribune de libre expression de tous les républicains qui ont des projets innovants, des idées nouvelles dans tous les domaines pour faire avancer notre société.

1-La neutralité du pouvoir politique et de l’État, telle que définie dans la constitution et dans la loi de 1905.

De plus en plus d’Élus constatent une crise du modèle laïque et déclarent avoir des difficultés à affirmer la laïcité.

La multitude de textes, circulaires et charte et le grand nombre de définition et d’interprétation du cadre qu’on prête à la laïcité la rend difficile à promouvoir au quotidien dans les services publics. L’état réaffirmera des règles strictes afin que « le vivre ensemble » dans une société plurielle puissent être assuré, dans le respect des lois de la République.

Comme le précise le Conseil constitutionnel la laïcité impose  par rapport aux relations de l’Etat et des cultes : qu’il en résulte la neutralité de l’Etat ; qu’il en résulte également que la République ne reconnait aucun culte ; que le principe de laïcité impose notamment le respect de toutes les croyances, l’égalité de tous les citoyens devant la loi sans distinction de religion et que la République garantisse le libre exercice des cultes ; qu’il implique que celle-ci ne salarie aucun culte (considérant 5). (Rapport annuel de l’observatoire de la laïcité 2013-2014).

La laïcité est ainsi un principe d’inclusion, elle permet aux citoyens, croyants et non-croyants, de se retrouver. Il nous appartient donc de renforcer le pacte républicain partout et pour tous. Comme le dit Daniel Maximin : « Tout ce qui renforcera l’originelle légitimité transcendante des droits de l’homme ne pourra que renforcer une perception plus juste et la promotion sans complexe de la laïcité et des lois qui doivent la protéger, la renforcer et la promouvoir » (Rapport annuel de l’observatoire de la laïcité 2013-2014).

Il nous faut considérer la laïcité comme un des piliers de l’intégration. La laïcité est une école de respect, de la règle commune, une reconnaissance de la liberté de croire ou de ne pas croire. L’ériger en valeur fondamentale mais nous devons aussi faire en sorte qu’elle puisse être, pour chaque jeune, non pas un concept mais une manière de vivre, de respecter l’autre, de pouvoir être pleinement lui-même tout en étant entièrement dans la République.

Notre société est en constante mutation et les choses ne vont toujours pas « de soi » les extrémistes religieux ont de plus en plus de mal à accepter les principes de la laïcité tandis que ces défenseurs ne se distinguent pas toujours par la finesse de leurs positions. Ainsi nous préconisons le débat plutôt que les injonctions, car la laïcité fait partie intégrante de la République et ne s’adaptent pas aux convenances.

Notre société doit se donner les moyens d’appliquer la laïcité comme un élément fédérateur de la République, au service d’une société apaisée. Ainsi nous réaffirmerons les deux principes majeurs de la laïcité :

 2-La liberté de conscience, dans le respect des philosophies et des croyances, de toutes les croyances, mais aussi des non-croyances.

La volonté du vivre-ensemble est un crédo républicain. Si nous voulons une société apaisée, l’objectif de l’égalité réelle doit être la boussole des politiques publiques d’intégration. Il faut dans le même temps résorber les fractures sociales, économiques, sociétales et territoriales.

Les principes laiques sont difficilement tenables sans l’accès aux droits sociaux, civils, politiques pour tous. Ce sont pourtant eux qui doivent garantir le vivre-ensemble dans notre pays. Le gouvernement a fait de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme la « grande cause nationale » pour 2015. Il va y associer toutes les administrations concernées, c’est un engagement important mais il faut que la société civile soit également partie prenante dans ce combat vital pour la France.

Pour sa part, le Mouvement pour un Nouveau Pacte Républicain s’engage résolument pour favoriser le vivre-ensemble et l’avènement d’une société plurielle qui s’accepte telle qu’elle est.

Mina El Metalssi

Conseillère municipale déléguée du Pré-Saint-Gervais